Les enfants placés

Dire enfin les maltraitances institutionnelles........
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 comment maltraiter les parents

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
versus



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 20/03/2007

MessageSujet: comment maltraiter les parents   Mar 20 Mar - 19:29

Enfin je trouve un forum où ces problèmes sont abordés, j'aimerais apporter mon témoignage :

Etant dépassés par le comportement de notre premier enfant, un petit garçon âgé de 3 ans qui a très mal véçu l'arrivée de sa petite soeur (agressivité, forte opposition), la pédiatre de la PMI qui le suivait nous a orienté sur le CMPP de notre commune.

La liste d'attente étant d'environ 5 mois, nous avons trouvé une psychologue libérale qui a pris en charge notre enfant, mais étant située à 1 h de trajet, nous avons accepté le suivi au CMPP dès qu'un RDV nous a été proposé, fin septembre.

La psychologue recoit notre enfant une demi heure par semaine, et nous a reçu nous parents à deux reprises.
Début janvier, elle m'informe qu'elle va faire un signalement d'enfant en danger concernant notre fils, elle trouve qu'il ne va pas bien, sans plus d'explication.

A ce moment là, je n'ai pas réagit car je ne m'y attendais pas, et là, nous réalisons que pendant ces 4 mois de suivi par le CMPP, notre enfant a juste été évalué, mais jamais pris en charge dans une démarche thérapeutique.
La semaine suivante, nous avons décidé de ne plus retourner au CMPP et la première psychologue a repris les séances avec notre fils.

A noter que nous attendons notre troisième enfant pour septembre.

La procédure était lancée et la MDS (maison des solidarités) nous a contacté pour l'enquête d'évaluation : deux personnes (assistante sociale et puéricultrice) sont venues chez nous à deux reprises, elles sont restées 45 minutes la première fois, nos enfants n'étaient pas présents, et 20 minutes pour la deuxièmre entrevue en présence de notre fils.

Elles avaient un ton accusateur, pas moyen de se défendre, peu importe ce qu'on pouvait dire, toutes nos paroles étaient interprétées dans le sens qu'elles voulaient.

Nous avons pris les services d'un avocat car nous n'étions vraiment pas rassurés.

Et puis, plus de nouvelles pendant presque 2 mois.

Notre dossier passe en commission au service des affaires sociales de notre département et à l'issue de cette réunion, il ressort que l'évaluation n'a rien donné, " la responsable" décide de transmettre notre dossier au procureur de la république qui désigne un jude des enfants qui décide d'une nouvelle évaluation (EOE), et éventuellement d'une expertise psychologique pour notre enfant.

Nous avons rencontré la "responsable" qui nous a fait une très mauvaise impression, une fonctionnaire qui avait passé un concours et qui occupait ce poste sans trop savoir pourquoi, jeune et sans enfant.

Remarques : L'évaluation n'a paraît il pas abouti car nous étions trop méfiants et sur la défensive.

Pour notre part, tout au long de cette procédure, nous n'avons jamais étés à l'aise, et effectivement très méfiants, ce qui est compréhensible après ce qui s'est passé avec la psychologue du CMPP.

De plus, nous avons eu le sentiment d'être mal considérés et " laissés dans le flou ", c'est à dire sans aucune information sur le déroulement de cette procédure.

Nous trouvons l'évaluation conduite par la MDS très insuffisante, on ne décide pas d'arrêter une évaluation après seulement deux entretiens, et parce que nous sommes trop méfiants, il en va quand même de notre vie et de celle de notre enfant.
Nous ne comprenons pas cet acharnement, et j'avoue qu'en tant que mère, et en tant que personne, je suis très inquiète des suites de cette histoire qui en plus de nous perturber, perturbe également notre fils.

A noter que les personnes mandatées pour évaluer notre situation n'ont jamais pris contact avec la psychologue actuelle qui suit notre fils, qu'elles ne nous ont pas informé que notre deuxième enfant devait être présent lors de leur enquête et que la seule personne connaissanr nos enfants, c'est à dire la pédiatre de la PMI s'est déplacée pour assister à la commission alors qu'elle n'y était pas obligé, et qu'elle seule apportait des éléments nous disculpant mais qui n'ont pas été pris en compte.

A nouveau, plus de nouvelles pendant 2 mois et puis nous recevons une convocation au tribunal pour enfant, le signalement concernent désormais notre deuxième enfant, une petite fille de 2 ans.

Entre temps, nous avions préparé notre défense avec notre avocate qui nous informe du contenu du signalement, c'est à dire pas grand chose si ce n'est que notre enfant présente des troubles du comportement et que s'il est ainsi perturbé, il doit forcément être maltraité, et surtout, aucune parole de notre enfant n'est citée par la psychologue du CMPP.

Déjà secoués, nous apprenons que cette psychologue avait déjà fait un rapport en octobre, soit 3 semaines après avoir commencé les séances avec notre fils !

Notre avocate nous rassure en nous disant que nous n'avons pas "le profil" de parents maltraitants, que depuis le départ, notre démarche pour aider notre enfant et nous même est volontaire, que le CMPP ne nous a pas convoqué, etc...

De plus, l'assistante sociale parle de maltraitance concernant notre deuxième enfant qu'elle n'a jamais vu, et elle écrit dans son rapport que notre fille devait être enfermée dans sa chambre quand elle et sa collègue sont venues chez nous alors que ces jours là, elle était à la garderie, les registres faisant foi de sa présence !

Heureusement pour nous, notre avocate connaissait le juge et avait bien préparé le terrain, la juge avait une certaine expérience, et surtout du bon sens, elle nous accorde le bénéfice du doute et propose de nous revoir à la fin de l'année.

En décembre, nous avons reçu une deuxième convocation, problème, le juge pour enfant en charge de notre dossier n'était pas la même personne.

Elle nous reçoit un soir, avec 45 minutes de retard, et sans avoir pris connaissance du contenu de notre dossier.
Elle est jeune, à priori sans expérience, et vu la façon dont elle s'adresse à nos enfants, elle ne doit pas en avoir elle même.

Nous sommes obligés de lui refaire l'historique de l'affaire, et à la fin de l'entretien, et sur les recommandations de la première juge, elle décide de classer l'affaire.

Soulagement ? non, car nous restons avec un ressentiment énorme pour nous, l'affaire n'est pas classée, même si nous nous en sommes sortis, les cicatrices sont là.

Nous avions une expérience avec le monde de la psychologie de longue date puisque mon mari et moi avions fait des psychothérapies individuelles, nous avions confiance en la psychologie mais nous sommes mal tombés.

Nous confions à une soi disant psychologue pour enfant que par fois démunis, nous avons mis des fessées à notre enfant, en le regrettant, en ressentant de la culpabilité car nous aurions préféré trouver un autre moyen pour le calmer, fessées = maltraitances !!!

Nous avons été jugés par des personnes qui n'ont même pas d'enfant et ne savent pas ce que c'est d'être parent.

Nous nous inquiétons pour notre enfant mais nous ne pensions pas nous retrouver dans une telle procédure alors que nous cherchions juste de l'aide, au lieu d'aide, nous avons été "enfoncés".

La parole de l'enfant c'est bien, mais celle des parents ? faudra t il attendre encore 30 ans pour prendre en charge une famille correctement ?

Alors que nous ne sommes pas procéduriers, nous avons pensé porter plainte contre la psychologue du CMPP, notre avocate nous en décourage, d'après elle, quand on s'en prend à une administration, ça n'a guère de chance d'aboutir.

Mais alors, quoi faire car nous ne sommes pas les premiers confrontés à cette injustice, et nous ne seront pas les derniers.

Aujourd'hui, notre enfant est toujours suivi par la première psychologue, la situation s'est nettement améliorée bien qu'il reste et restera des difficultés.
La psychologue, ainsi que la maîtresse d'école, ont mis en évidence ce dont nous nous doutions depuis un moment, notre enfant serait précoce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fonctiolog



Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 20/03/2007

MessageSujet: Re: comment maltraiter les parents   Mer 21 Mar - 20:01

Je ne voudrais surtout pas dire de bêtises.

Essayez de voir si votre enfant est hyperactif. On oublie souvent d'en parler.

Voici un site qui en parle : Association de Parents d'Enfants Hyperactifs http://www.apeh-asso.fr.fm/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La cocotte



Féminin
Nombre de messages : 70
Age : 40
Date d'inscription : 17/03/2007

MessageSujet: Re: comment maltraiter les parents   Jeu 22 Mar - 12:00

Bonjour Versus,

Un couple d'amis a rencontré un problème parallèle : leur petite fille de 3 ans était agressive à l'égard des autres élèves de sa classe, elle ne s'entendait qu'avec les plus grands et ne tenait pas en place pendant la classe. Nos amis ont été convoqués X fois par l'institutrice, la directrice de l'école pour s'entendre faire que des reproches. D'autant plus que notre amie était enceinte... rejet de sa fille... je ne développe pas car je ne souhaite pas faire une généralité non plus.

Nous étions plusieurs à leur suggérer de faire passer des tests à leur fille (juste un exemple, elle connaissait quand même l alphabet à 3 ans...). Ils avaient peur du résultat mais ont fini par le faire.

Les résultats ont été sans appel ; leur petite fille était effectivement en avance. A partir de ce moment, des solutions scolaires mais également familiales ont pu être mises en place.

Nos amis ont eu besoin de parler de leur expérience et d'être confrontés avec des parents vivant la même chose qu'eux et se sont donc tournés vers l'association de leur ville.

Les mots ont été posés, les choses ont été dites : la petite famille va pour le mieux.

Si la psy et l'instit de ton fils pensent qu il est précoce, je ne peux te conseiller que d'accepter les tests et de te rapprocher de l association la plus proche de chez vous car il est tout autant important pour vous que vous puissiez parler et vous libérer de tout cela. L'instit et la psy ont l'air de bon conseil et prêts à vous aider ; n'hésitez pas.

Bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
versus



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 20/03/2007

MessageSujet: Re: comment maltraiter les parents   Ven 23 Mar - 20:47

D'après la psy qui suit mon fils depuis 2 ans maintenant, il n'est à priori pas hyperactif, mais précoce sûrement.
Nous devons lui faire passer des tests d'ici la fin de l'année pour déterminer ses "domaines de précocités".

C'est un petit bonhomme qui se prend beaucoup la tête et la nôtre par la même occasion, ce qui est assez difficile à gérer car quoi qu'on lui dise, qu'on lui explique, on le rassure, on l'accompagne, certaines choses nous échappent et on ne peut rien y faire.

Quand je l'ai sevré de l'allaitement à l'âge de 6 mois et demi, il a refusé le biberon (échec total après 2 mois de tentative), et il a commencé à vomir la nourriture, sur certaines périodes, il pouvait vomir jusqu'à 6 fois par jour alors qu'il mangeait bien et avec appétit.

Au bout de quelques mois, j'ai consulté un pédiatre hospitalier, après examen, il n'y avait semble t il pas de reflux, mais il avait une facilité à vomir.

Vers l'âge de 15 mois, il a commencé à avoir un comportement difficile, j'ai mis çà sur le compte de ma grossesse, et c'est à ce moment que j'ai réalisé qu'il se forçait à vomir par contrarieté.
J'ai démarché la psy de la PMI qui l'a vu 3 ou 4 fois, et qui m'a dit que c'était normal et qu'elle ne poursuivrait pas les séances avec lui.

Sa petite soeur est née, et il était toujours et de plus en plus agressif envers moi et elle, par exemple, il allait lui mordre les mains à travers les barreaux du lit à tel point que j'ai dû fermer la porte à clé.

La psy qui le suit aujourd'hui m'a dit que j'aurais dû (si j'avais su) faire la démarche quand il a commencé à vomir, je n'en revenait pas, jamais je n'aurais pensé à aller consulter pour un bébé de moins d'un an.

Tout ce que je peux constater, c'est que j'ai vraiment chercher de l'aide, mais je ne suis pas tombé sur les bonnes personnes et j'ai perdu du temps, pendant ce temps là, je vivais une relation très difficile avec mon fils.

Vers l'âge de 3 ans, il a cessé de vomir, mais il ne voulait plus s'alimenter, après il ne voulait plus dormir, et après ne plus être propre, et ainsi de suite.
C'est un enfant très opposant et il faut le recadrer constamment, mais on veut vraiment l'aider car on est convaincu que s'il laisse ses angoisses derrière lui, il grandira mieux.

Bien sûr, pour certains psychologues, de tels comportements traduisent presque automatiquement une maltraitance.

Hier, nous avons reçu la notification du juge qui a rendu un non lieu concernant notre affaire, mais comme je l'ai déjà dit, nous ne sommes pas soulagés pour autant car le mal est fait, et cette procédure nous a plus affecté que nous pensions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lenaika
Admin


Nombre de messages : 482
Date d'inscription : 27/02/2007

MessageSujet: Re: comment maltraiter les parents   Mer 9 Mai - 17:45

courage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malt.board-realtors.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: comment maltraiter les parents   Aujourd'hui à 22:19

Revenir en haut Aller en bas
 
comment maltraiter les parents
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment saisir les recensements dans Heredis Mac ou Pc ?
» Conversation avec mon frère décédé
» Contrat Fratrie
» Comment trouver le+ de mes arrieres grands parents
» Comment se préparer à devenir parents( humour!!)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les enfants placés :: PLACEMENTS: vos témoignages et réactions :: Témoignages de parents d'enfants placés-
Sauter vers: